Le callibrage d’écran et la sonde X-rite i1 Display Pro

La photo numérique a besoin d’une colorimétrie précise pour que ce que vous voyez sur votre écran corresponde aux couleurs qui ont été capturées par votre appareil photo. Les écrans du commerce bas de gamme ou moyennes gammes ne sont pas calibrés pour avoir des couleurs fidèles. Seuls les écrans haut de gamme le sont. Pour la photo numérique, il vous faut un écran de bonne qualité, oubliez les écrans de joueurs qui ne peuvent pas restituer des couleurs fidèles. Ces écrans ont une très bonne réactivité ce qui est important dans les jeux, mais ne sont pas adaptés aux arts graphiques. Ils ont une dalle dit « tn ».

Pour le photographe, il lui faut au minimum un écran « ips », il est moins réactif, mais a une fidélité des couleurs bien plus fiable. Ils offrent aussi en bonus la possibilité d’un angle de vue bien meilleur que les écrans « tn ». Ce que vous montrez sur votre écran sera identique que vous soyez en face ou sur un côté ou au-dessus ce qui sera plus flatteur pour vos photos. Pour cela, il vous faudra passer par une étape indispensable : le calibrage de votre écran, car votre écran a des dérives de couleurs et de luminosité. À l’œil nu, on ne le voit pas, mais ces dérives sont bien réel. Vous le verrez une fois votre écran calibré.

Pour calibrer un écran, il vous faut une sonde, c’est un appareil que l’on pose sur l’écran et un logiciel fait défiler des carrés de couleurs pour avoir une mesure exacte de la calibration de votre écran. Elle créera en suite un fichier de corrections qui sera appliqué à votre écran en étant installé sur votre système d’exploitation.

Personnellement, j’ai choisi la sonde X-rite i1 Display Pro. C’est une sonde qui fonctionne sous Linux, MacOSX et Windows. Elle est précise et de bonne qualité. C’est une des sondes les plus vendues. Bien qu’un peu chère, c’est un achat que vous ne regrettez pas. Dites-vous que c’est un investissement sur le long terme, car vous allez devoir recalibrer votre écran plusieurs fois par an.

Personnellement, je l’utilise sous Linux. Le logiciel maison n’existe pas sous Linux. J’utilise donc le logiciel DisplayCAL qui est un logiciel libre, il existe pour Linux, MacOSX et Windows.. Le calibrage est simple en quelques cliques, on indique le gamma, la température de couleur souhaitée et c’est bon, on lance la calibration. Attention, elle peut durer un peu moins d’un quart d’heure.

Voilà, c’est aussi simple que ça, ou presque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *