Test de la souris Logitech G G502 Hero

Logitech G G502 Hero

Démarche

Ne trouvant pas de boule de commande fiable dans le temps (ma Kensington Expert Mouse filaire achetée au mois de juillet est morte cette semaine), je me suis résigné à revenir vers des souris classiques. Trouver mon premier choix n’a pas été une tâche facile. Quand on fait une recherche sur un moteur de rechercher internet avec « souris fiable », le moteur me donne tous les résultats de « meilleures souris ». Le moteur décide de ne pas chercher ce que vous lui demandez, c’est rageant. J’ai dû faire les comparatifs des « meilleurs » souris et chercher les avis des clients, j’ai restreint mes recherches à quelques-unes. La Logitech G G502 Hero avait 6 % avec 1, 2, 3 étoiles sur 33 868 évaluations, ce qui est peu. Alors, j’ai lu une bonne partie des commentaires de ces 6 %. Je me suis donc dit, celle-là, c’est la bonne.
Voici ainsi le test de la souris Logitech G G502 Hero.

Achat

Je l’ai acheté sur LDLC, car il me livrait en deux jours contre 20 sur Amazon. Je m’étais tourné tout d’abord sur la zone. Ainsi, avec mon abonnement Prime compris avec ma Freebox Delta, j’ai les frais de port offert, mais de là à attendre 20 jours, c’est non. Effectivement, pour le matériel informatique, je passe souvent par LDLC et Digit-Photo pour le matériel photo. Amazon, c’est surtout pour le petit matériel.

Déballage et premières impressions

Aujourd’hui, j’ai donc reçu la Logitech G G502 Hero dans sa petite boîte. Dedans, une notice de sécurité, aucun manuel d’utilisation, mais bon, ce n’est qu’une souris.

Elle est de bonne taille, c’est bien pour mes grosses paluches, elle pèse son poids l’air de rien, donc pas besoin d’ajouter un des poids (fournis dans une petite boîte).

Voici venu le temps de la brancher. Le câble est long (Il vaut mieux trop long que trop court), il n’est pas tressé, mais espérons qu’il vieillira peu vite. Je branche et hop, la souris s’illumine d’un gros G qui change de couleur.

Positions de la main et des doigts

La main et les doigts trouvent naturellement leurs places sur le corps de la bête. Le repose-pouce est bienvenu. Elle glisse bien sûr le bois du bureau. Il y a besoin de peu d’amplitude pour aller de gauche à droite de mes deux écrans 1080p et les clics sont francs, on est toujours sûr que l’action est effectuée.

Bien que les doigts tombent bien sur les touches, attention à poser votre index bien au centre de la touche sous peine d’appuyer sur les touches de modification de la résolution.

Il y a quand même un problème, l’annulaire et l’auriculaire sont dans le vide posé juste avec le bout des doigts, cela commence déjà à me causer des douleurs après cinq jours d’utilisation intensive.

Les commandes

Venons-en aux 10 boutons : clics droit et gauche, clique sur la molette, devant la molette, un bouton pour la décranter, un bouton pour défiler les profils, deux boutons pour retour et suivant au-dessus du pouce, deux boutons pour augmenter ou diminuer la résolution et un bouton pour changer de résolution. Vous avez tout le loisir de changer l’affectation des boutons si cela vous chante.
La roulette a donc deux modes, avec ou sans cran, alors que le mode cranté est une franche réussite, je suis dubitatif sur le mode libre, car on perd toute précision, bien que ça permette de faire défiler très rapidement une page internet, impossible de s’arrêter parfaitement sur le lien que l’on veut cliquer.

Les profils

Vous pouvez créer plusieurs profils (jusqu’à 5) avec des résolutions, configurations des boutons et des couleurs de leds différents pour vous adapter à ce que vous faites : les FPS, de la retouche photo, du surf…
Jusqu’à 10 000 PPP, c’est utilisable, mais 16 000 PPP, c’est juste de l’argumentaire de vendeur.

Les couleurs

Les couleurs pour les leds de profils/PPP et pour le G lumineux peuvent être définies indépendamment, c’est pareil pour les effets de couleurs.
Les effets de couleurs, parlons-en. Sous GNU/Linux, ils sont au nombre de 3 : Solide, une couleur fixe, cycle, les couleurs défilent les unes après les autres et pour finir Pulsations, l’intensité passe d’une luminosité de 0 à 255 et inversement. Ha oui, il y a la possibilité d’éteindre les leds.

Impressions

Voilà une souris bien agréable à l’usage même intensif. Le bouton de changement de profil est d’accès facile, ce qui permet de basculer d’un FPS à un usage normal à de la retouche photo de précision sans difficulté. Le tableau serait parfait s’il n’y avait pas ce problème de douleur à l’annulaire et à l’auriculaire.
Ma décision est donc prise, je retournerai bientôt cette souris.

Étant sous GNU/Linux, je n’ai pas eu le loisir d’utiliser le logiciel de configuration de Logitech.

Pour configurer la souris sous GNU/Linux, vous pouvez utiliser le logiciel Piper, un petit tuto est disponible ici (lien interne) :
Configurer sa souris sous GNU/Linux

Photo : Ignace72. Licence Creative Commons BY-NC-SA 4.0 FR

Bon, comme on m’a fait découvrir la marque ELECOM, je me suis dit que j’allais essayer une de leurs boules de commande, voire mon test de la boule de commande ELECOM M-HT1URBK


Mise à jour :
Je ne peux plus vous conseiller de l’acheter chez LDLC. Cette entreprise devait me rembourser en totalité 14 jours depuis que je leur ai signalé ma rétractation. Depuis la réception de la souris, elle a eu une semaine pour me rembourser, ce qui est un délai largement suffisant pour le faire. Cependant, je n’ai eu mon argent que 18 jours depuis que je leur ai signalé ma rétractation. LDLC a donc violé l’Article L221-24 Code de la consommation et l’Article L242-4 du Code de la consommation en me remboursant non majorées du taux d’intérêt légal.
Violer deux lois pour une seule commande, ça fait trop pour moi.

Cliquez pour évaluer cet article !
[Total: 2 Moyenne: 2.5]
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
En haut
Aller au contenu principal